Les insectes
accueil / autres-animaux / arachnides / araignees / pholcus-phalangioides 

Pholcus phalangioides - Pholque

De grandes pattes de faucheux, mais son corps en deux parties bien séparées la place dans les araignées. Contrairement au faucheux auquel elle ressemble de prime abord, cette araignée aux longues pattes et au corps frêle de 8-10mm de long, file une toile.

Classification

: Arachnides

: Araneae

: Pholcidae

: Pholcus phalangioides


Noms vernaculaires

: Pholque


Physiologie

: 8-10mm


1er octobre 2011, Pont sur Yonne (Yonne - France)

Accouplement de Pholcus phalangioides Près du soupirail de la cave deux araignées aux longues pattes mènent un drôle de ballet qui au bout de quelques secondes m'évoque une parade nuptiale. Je n'ai que le te temps d'aller chercher mon appareil photo avant qu'elles ne se rejoignent mais pas le temps d'installer un pied, tous les clichés se feront à main levée, objectif macro à trois centimètres du couple occupé qui ne se soucie pas de moi. Accouplement de Pholcus phalangioides
Pholcus phalangioides mâle Pholcus phalangioides femelle
L'opération va durer une dizaine de minutes entre le rapprochement final, photo du haut à gauche, et la séparation, photos du bas. Pour distinguer ces deux individus, nous avons la chance qu'ils ne soient pas tout à fait de la même couleur. Le mâle est plutôt gris alors que la femelle est plutôt chocolat. Evidemment, ce n'est pas là le critère scientifiquement discriminant ! Les connaisseurs auront immédiatement remarqué la taille et la forme très particulière, en gants de boxe, des pédipalpes (les fausses pattes, courtes, situées en avant de la tête) du mâle. Ces gants de boxes sont en fait ses organes copulatoires et la partie la plus globuleuse, appelée bulbe copulatoire, est un réservoir de sperme. Le bout de l'appendice du mâle a une forme qui ne pourra s'adapter qu'à l'épigyne (partie génitale externe) d'une femelle de même espèce, comme une clé dans une serrure. La forme de ces appendices est d'ailleurs le plus sûr critère pour déterminer précisément deux espèces proches, ce qui explique qu'il ne soit pas facile de se prononcer sur le nom d'une bestiole à sa seule vue sur le terrain et même d'après photo. Dans le cas présent, la photo du mâle (photo en bas à gauche), montrant l'extrémité de son pédipalpe, ne laisse aucun doute quant à son identité, Pholcus opilionoides ne possédant pas ce petit crochet terminal bien visible ici. Vous ne verrez pas par contre l'épigne de la femelle, puisque celle-ci ne m'a offert qu'une vue dorsale (photo de droite en bas) après l'accouplement.
Détermination confirmée
Source principale : Guide des araignées de France et d'Europe, M.J. Roberts, ed. Delachaux et Niestlé, un excellent ouvrage, très détaillé, qui est venu compléter, dans son édition française de 2009, mon Guide des araignées de D. Jones, même éditeur.
Détermination confirmée en outre par les animateurs du forum insecte.org qui ont savouré les photos que j'avais soumis à leur expertise.

 

Juillet 2003, Gorges de la Jonte (Lozère - France)

Pholcus phalangioides Ici, la voilà en attente d'une proie, au plafond de la salle de bains, dans l'attitude qui lui est typique : tête en bas. Elle fréquente couramment les maisons et les granges. La femelle, comme ici, transporte entre ses chélicères une vingtaine d'oeufs que l'on distingue très bien, le cocon de soie qui les entoure étant très fin. Il n'est pas rare de l'observer plusieurs jours au même endroit.
accueil / autres-animaux / arachnides / araignees / pholcus-phalangioides 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.